AccueilDemande de devisEvaluer le prix des travauxExemples de devisAnnuaire du bâtimentConseils de pros

Conseils travaux >> Pose carrelage

Résumé de l'article ci-dessous : poser des carreaux, c'est faire appel à différentes techniques, différents produits (carreaux, colle, joints ...). Qu'il soit mural ou pour la cuisine, le carreleur optera pour l'un des procédés exposés ici.

Auteur : Gilbert BARDARO, 13330 PELISSANNE
téléphone : 0490551208

Publié le : 25/02/2008

Pose de carrelage

Pose scellée

Elle est, par excellence, le vrai travail du carreleur. Dans un premier temps, il faut déterminer le niveau fini du carrelage. Dans une construction neuve, le maitre d'oeuvre doit réaliser un trait de niveau à 1m du sol fini mais de nos jours, il est très rare que cela soit fait. Donc, il faut prendre généralement le bas de la porte d'entrée ou des portes fenêtres afin de créer par soi-même le niveau fini du carrelage.

La chape.
La chape est réalisée au mortier maigre : mélange chaux/ciment et sable naturel lavé (granulométrie 0,2/0,4). Il faut prévoir une bande de remontée en mousse sur les murs pour les dilatations éventuelles. Le mortier est tiré à la règle, de niveau, pour obtenir une forme parfaitement plane. L'épaisseur moyenne d'une chape doit être de 7cm. Cette épaisseur suffit généralement à noyer les réseaux plomberie/électricité qui parcourent la construction. Attention aux croisements de gaines intempestifs ! Il faut au minimum 4 cm de mortier entre le haut d'une gaine et le bas d'un carreau. Si ce n'est pas le cas, prévoir une saignée d'encastrement dans la dalle béton pour la gaine du bas de façon à ce que la gaine du haut soit au raz du béton. Une fois la forme réalisée, nous commençons la mise en place.
La chape
Calpinage.
Le calpinage signifie : type d'agencement que l'on veut réaliser. Pose droite ou diagonale, à bâton rompu, en opus romain etc. pour déterminer le départ de pose il faut, à ce moment là, prendre du recul : Définir la plus grande ligne droite. Calculer l'ensemble pour ne pas avoir trop de perte. (Petites coupes) Déterminer le premier coup d'oeil en entrant.
La chape
L'adhérence.
Pour sceller le carreau sur la chape, nous pouvons réaliser un poudrage de chaux sur la chape, soit faire une barbotine. Le poudrage sur chape fraiche est la plus simple et la plus rapide des 2 possibilités. Une fois la poudre étalée, elle prend l'humidité de la chape par capillarité. Avant de commencer à poser, attendre que le poudrage soit complètement humidifié. (Bien foncé) La pose à la barbotine est plus longue mais plus sûre au niveau de l'adhérence.
Etaler la barbotine sur la chape avec une taloche inox et poser le carreau immédiatement. Ne jamais étaler trop de barbotine en avance car le séchage est rapide.

Une fois le carrelage posé, mouiller raisonnablement le sol et égaliser les carreaux par une frappe à la batte de carreleur. Nettoyer le reflux entre les joints à la serpillière. Sur une mise en place scellée, le jointoiement peut se réaliser immédiatement.
La chape

Pose collée

Elle se réalise sur une chape déjà existante ou un ancien carrelage. Elle demande une parfaite planéité du sol. Si ce n'est pas le cas, un ragréage s'impose. Toutes les marques de colle à carrelage proposent des ragréage autolissant performants. Attention aux produits bas de gamme ; les marques non référencées au CSTB (logo CSTBAT sur les sacs) à des prix très bas peuvent réserver de mauvaises surprises.
Ragréage.
Que ce soit sur une chape ou un ancien carrelage, un primaire doit être mis en place. Sur du carrelage, un primaire pour support fermé (non poreux). Sur chape, un primaire pour support ouvert (poreux). Quelque soit la marque des produits utilisés, bien lire les modes d'emploi et les consignes (temps de séchage, vitesse de rotation du malaxeur, etc.) Une fois le mélange onctueux obtenu, étaler le produit avec une lisseuse adéquate. Le produit étant autolissant, il suffit de l'accompagner de façon uniforme. Il est parfois nécessaire de chasser l'air emprisonné dans le produit avec un rouleau à débuler.
La mise en place.
Comme pour le ragréage, éviter les colles trop bon marché ou inadaptées au support. Bien lire les fiches techniques ou renseignez vous auprès de professionnels. Si ce sont de vrais pros passionnés, ce sera à vous de les arrêter. Pour le calpinage, pratiquez comme pour la pose scellée. Ici, vous pouvez tracer sur le sol le départ de pose que vous voulez réaliser ainsi que n'importe quel dessin complexe n'étant limité que par votre imagination et les règles de géométrie. Evitez quant même de trop charger le sol. Il faut garder à l'esprit que la pièce sera meublée. Pour la mise en place de la colle, on utilise généralement un peigne 10mm. Tracez une ligne de 2 ou 3 carreaux suivant la grandeur du carreau ou la longueur de votre bras puis étalez la colle grassement à la truelle. Passez le peigne le plus perpendiculairement par rapport au sol ; en effet, si votre peigne est penché, vous n'aurez pas les 10 mm nécessaire à un collage uniforme. Si le format du carreau est supérieur à 30x30, beurrez sa sous face avant de poser le carreau. Souvent, les grands formats n'ont pas une planimétrie parfaite et vous risqueriez d'avoir une mauvaise adhérence sans ce double encollage. Battez les carreaux au maillet caoutchouc pour obtenir un bon collage et une bonne planimétrie. Tracez une nouvelle ligne parallèle à la première et recommencez.

Pose de carrelage : consultez des exemples de prix.